L’auteur de la Paneurythmie

A propos de l’auteur de la Paneurytmie

Béïnsa Douno

(le Maître Petar Deunov)

 

Petar Konstantinov Deunov est né le 11 juillet 1864 au village de Hatardja (aujourd’hui appelé Nikolaévka) en Bulgarie, dans la famille du prêtre orthodoxe Konstantin Deunovski. Il est le descendant de deux familles notoires de l’époque de la Renaissance bulgare (XVIIIe et XIXe siècles). Sa mère Dobra est fille du tchorbadji1 Atanas Guéorguiev, maire de Hatardja, qui a ouvert la première école bulgare dans la région de Varna ; et son père, le Père Deunovski, a effectué le premier office religieux en bulgare au lieu du grec dans l’église bulgare à Varna ; il était aussi l’un des zélateurs pour la liberté religieuse et pour l’éducation du peuple bulgare. 

 

Après des études secondaires à Svishtov, Petar Deunov est parti pour les Etats Unis en 1888, pour faire des études de théologie à la Faculté de Théologie de l’Université de Boston laquelle était la faculté la plus prestigieuse en son temps. Tout de suite après sa graduation, il s’est inscrit à la Faculté de Médecine de la même université où il a poursuivi ses études pendant deux ans.

 

En 1895, il est rentré en Bulgarie et en 1896, il a fait publier son livre La Science et l’Éducation. Les années jusqu’à 1900 sont un temps d’une profonde transformation et d’une illumination divine, des années pendant lesquelles il accepte et assume sa mission spirituelle. Pendant les 11 années suivantes, Petar Deunov donne un grand nombre de conférences et de cours sur des sujets spirituels et sur la phrénologie, dans toutes les régions de la Bulgarie. Ses voyages sur le territoire bulgare l’aideront à connaître la psychologie du peuple bulgare et à approfondir ses recherches en phrénologie.

 

La première réunion de ses disciples s’est tenue en 1899 à Varna. Cette première réunion ne compte que trois participants ; mais après, les réunions deviennent annuelles, avec des dizaines, et puis des centaines de participants. C’est de cette façon que commencent les réunions d’été de la Chaîne Spirituelle qui constitue le fondement de la Société de la Fraternité Blanche. Impressionnés par la profondeur et la pénétration extraordinaires des conférences et des paroles de Petar Deunov, des personnes présentes à une de ces réunions ont commencé à le nommer « Maître », et cette appellation est restée depuis. Ainsi, le Maître Spirituel a été reconnu derrière la personne de « Monsieur Deunov ».

 

A partir de 1904, Petar Deunov s’installe à Sofia, et après 1911, ses conférences du dimanche deviennent publiques ; elles commencent à 10 h du matin et durent environ une heure. En 1922, il fonde l’École spirituelle de la Fraternité Blanche, dans laquelle, en 22 ans, il donne plus de 4000 conférences, il crée de la musique occulte et donne des conseils pour une vie saine, ainsi qu’un exemple personnel de la réalisation des idées de sa doctrine. Dans son école, les leçons théoriques sont accompagnées de pratiques spirituelles, de méthodes pour le perfectionnement personnel, d’exercices destinés à développer le corps et l’esprit et à ennoblir les émotions.

 

Depuis 1922, le Maître Béïnsa Douno amène régulièrement ses élèves à la montagne : à la montagne de Vitocha et au sommet de Moussala situé dans la montagne de Rila. Depuis 1929, un camp d’été est organisé tous les ans dans la région des Sept lacs de Rila. C’est « l’école spirituelle d’été» dans laquelle les disciples sont stimulés d’établir un lien plus proche avec la nature, de bénéficier de ses dons, de surmonter les conditions défavorables à la montagne, ainsi que de travailler ensemble et en harmonie pour leur perfectionnement moral.

 

De 1932 à 1942, près de Sofia, est née la Paneurythmie, dont les mouvements et la musique sont donnés par le Maître Béïnsa Douno.

 

Les années suivantes, de plus en plus de disciples et d’adhérents du pays entier arrivent pour se réunir dans le cercle de la Paneurythmie qui dépasse les frontières nationales et qui est dansée aujourd’hui sur tous les cinq continents.

 

Le 27 décembre 1944, après une courte maladie, le Maître Béïnsa Douno achève son chemin terrestre. (Source : Société de la Fraternité Blanche)

-------------------------------------------------
tchorbadji (turc : çorbacı) : notable local dans les pays chrétiens faisant partie de l’Empire ottoman.

 

Pour plus d’informations sur le Maître Béïnsa Douno, visitez http://beinsadouno.com/articles.php?id=2